Barbara Tour, acte II

        Après une escapade riche en émotions, je suis ravie d’être de retour chez les Drevon, ce petit havre de paix et chaleureux cocon familial. Il ne m’aura pas fallu longtemps pour me sentir comme à la maison et je n’ai qu’une hâte, leur raconter mes péripéties!! Pour cela, rendez-vous autour d’un mojito devant un chouette concert de Natty Jean à l’hôtel Terrou-Bi. Puis c’est avec plaisir que je me laisse porter par le Barbara Tour, Act II. Cette fois, départ avec trois autres familles. Au programme:

        After an intense journey, I am delighted to be back at Drevon’s, this little haven of peace and warm family cocoon. It was pretty quick to feel like at home and I am excited to share with them all my crazy adventures!! Let’s do that around a drink listening Natty Jean in live at the Terrou-Bi hôtel. And with pleasure, I let it go following Barbara Tour, Act II. This time, we leave Dakar with three other families, as good equipped as us! The program:


        Samedi 17 Janvier 2015: Lompoul-Sur-Mer, une jolie curiosité face à l’océan: un vrai petit désert de sable où nous dormons à l’Ecolodge, dans de magnifiques tentes mauritaniennes. Mention spéciale pour la pause pique-nique sur le chemin, à l’ombre d’un arbre: en compagnie de copains expats, le pique-nique se résume à: saucisson, fromage, vin rouge et pastis!!! Ahah, et bien oui, beaucoup sont rentrés pour les vacances de Noël… Et pas revenus les mains vides!! Une journée à se perdre dans les collines de sable, à dévaler les pistes en luge, à faire crisser les pneus des 4×4, observer les étoiles… Ce décor désertique est saisissant.

Dans le désert, en marchant, en réfléchissant, on se rend compte des choses essentielles de notre vie. Le désert est une fantastique leçon de modernité. D’abord parce qu’il n’y a personne. Et très vite on est loin des gens. L’environnement inclut la distance L’environnement est à égalité avec l’homme. L’homme est peut-être même plus petit. C’est un événement de l’environnement au même titre qu’un arbre ou une pierre. L’homme n’est pas prédominant ou dominateur.” Raymond Depardon (2000). Cela m’a aussi donné envie d’écrire:

Tel un gros flocon de neige coloré posé sur une houle sableuse.

Tel des nuages assombrissant furtivement ce tapis velours.

Tel des cendres d’or sur une peau craquelée.

Tel un dos de serpent écaillé sillonnant les dunes.

Le temps s’écoule à la perpendiculaire dans ce bocal géant.

Où la nuit efface et pardonne tout.                                                                                                        Fanny (2015).

        Saturday, January 17, 2015: Lompoul-sur-Mer, an intersting curiosity in front of the ocean: a real little sandy desert where we stay overnight in wonderful Mauritanian tents at the Ecolodge. Special grade for our lunch break on the way, in the shade of a tree: with friends from France, the lunch is equal to: saucisson, cheese, red wine and pastis!!! Ahah, well, a lot went home for Christmas… And did not come back with empty hands!! During the day, we keep our selves busy getting lost through sandy hills, sliding toboggan slopes, making tires scream when testing cars, watching stars… The desert scenery is stunning.

In the desert, walking, thinking, we realize the essential things of life. The desert is a fantastic lesson of modernity. First, because there is nobody. And quickly, we step back away from people. The environment includes the distance. The environment is on the same level as human. Human is perhaps even smaller. It is as a part of the environment as a tree or a stone. Human is not dominant or overbearing.” Raymond Depardon (2000).


        Dimanche 18 Janvier 2015: direction le lac Rose par la plage. Ses quelques kilomètres — du désert au lac — à rouler sur le sable, sont un vrai moment de bonheur. Cadeau bonus, une roue à plat. Mais ce n’est que détail, changée en trente minutes, nous repartons et rejoignons d’autres familles pour un déjeuner les pieds dans l’eau. C’est même l’occasion d’un petit galop (pas que parce que ça rime!) Étendu entre la savane et la plage, ce lac détient un record du taux de salinité (10 X plus que le taux normal en mer). D’où sa couleur rose (fluctue selon l’heure) : pour résister à la forte concentration de sel, une algue microscopique présente dans le lac secrète un pigment rouge..

Évidemment, la différence de confort avec mes expéditions solitaires n’est pas des moindres. Je passe un sincère bon week-end, ravie de pouvoir profiter de tout le monde : Barbara, Antoine, Alice, Manon et Camille. On ne m’avait pas vendu du rêve, le Barbara Tour est à la hauteur des espérances 😉 .

        Sunday, January 18, 2015: let’s go the the Pink lake passing through the beach. These few kilometers – from the desert to the lake – driving on sand, are really a moment of intense happiness. Bonus: a flat tire. But it is a detail, getting fix in thirty minutes, we keep driving and meet other families for lunch, soaking our feet in the ocean. It is even the occasion to enjoy a little canter. Between the savanna and the beach, this lake records a crazy high salinity level (10 times higher than the average). That explains the pink color (depending the time of the day): to fight against a hight salinity level, a microscopic algae in the lake produces red pigment.

Obviously, there is a huge difference of standard with my own journeys. I spend a sincere good weekend, delighted to chill out with everybody: Barbara Antoine, Alice, Manon and Camille. It is not a myth, Barbara Tour is worth a try!!

This slideshow requires JavaScript.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s