Week-end I: brûlerie Britt

100_5352-1Vendredi 21 Aout 2015: après une arrivée tardive la nuit précédente, pas le temps de se reposer. Hannia, la propriétaire de notre coloc nous prépare un petit-déjeuner local (riz et haricots noirs) à 6h30 du mat’ et à 7h, nous sommes dans le bus avec elle. En effet, elle part le lendemain en France pendant 10 jours. Elle veut donc s’assurer que nous puissions aller à l’université par nos propres moyens. En effet, pas de noms de rues, pas de numéros de maisons et encore moins d’horaires de bus. Ici, on se repère aux petits magasins (j’habite à 10 mètres avant le magasin ‘super M’), aux bâtiments (j’habite à 500 mètres derrière l’église San Josecito) ou bien aux points cardinaux (j’habite au Nord du deuxième arrêt de bus après l’université). Résultat, nos premières expériences de bus s’accompagnent de moments de solitude où nous sommes complétement perdu. Heureusement, l’incroyable gentillesse des gens fait que le quartier entier se mobilise, à appeler à droite à gauche ou bien même à nous amener à notre destination avec la voiture du cousin de la nièce de son mari. Une fois de plus, pouvez-vous imaginer une pareille scène en Europe ou en Amérique du Nord?! Bref, première journée bien agitée donc. Mais l’accueil de la famille CINPE nous fait oublier notre fatigue.

Samedi 22 Aout 2015: nous potassons respectivement nos guides, au soleil sur la terrasse extérieur, pour savoir que faire et où aller ce week-end. Il est trop tard pour partir en trip, car même si c’est un petit pays, les routes sont étroites et sinueuses et donc quelque soit le trajet en bus, ça prend du temps (rajouter les correspondances). On décide donc d’explorer les alentours, direction la brûlerie Britt. Le tour est très instructif mais surtout, étonnamment drôle. Un vraiment bon moment, inattendu. La guide nous plonge tous dans une vraie pièce de théâtre. Fondée en 1985, c’est la première brûlerie de café gourmet au Costa Rica. En plus d’avoir obtenu le statut “bio” et “commerce équitable”, le café Britt tient des engagements très humains et environnementaux. On vous conseille donc d’en commander sans hésitation ICI. Nous les avons tous goûté (ainsi que tous les chocolats pour M) et nous confirmons, tout est bon!!

Dimanche 23 Aout 2015: avec le décalage horaire, M. est réveillé à 5h du matin. En l’entendant de loin, je décide d’être solidaire et nous voilà parti pour une promenade matinale, très fiers de notre record… De très courte durée lorsque l’on s’aperçoit que le marché hebdomadaire du village est déjà dressé et puis que surtout, nous croisons les locaux, paniers remplis, sur le chemin du RETOUR!!! Ai, ai, ai, c’est vraiment le rythme d’ici. Levé 5h…. Oui… Mais à 21h, la quartier entier dort. Nous profitons de cette belle surprise pour prendre un café matinal au marché très animé et quelques courses par la même occasion. Après tant d’agitation, on décide de visiter la grande église centrale. Pour se ressourcer?? Ici, il faut croire que le second usage des églises est destiné aux oiseaux. C’est une vraie volière géante. Les perroquets turquoises volent de croix en croix, de Marie à Jésus, piaillent (et ça résonnent), puis (désolée pour le vocabulaire) chient partout. Bon, on essayera de se mettre au calme dans une autre église une prochaine fois.

Le soir, nous partons à la découverte de la capital, San José, avec notre premier ami: Esteban!!!!! L’histoire vaut le détour. Au retour de l’université, nous nous arrêtons au magasin Claro, pour se procurer une SIM Costa-ricaine. L’employé est très gentil, fait bien son job puis M. en profite pour lui demander les attraits touristiques du le coin. “Je ne peux pas parler maintenant car je travaille mais envoyez moi un message, voici mon numéro, je serai ravi de vous aider”. Et voilà comment lui et une collège nous embarquent… Dans le seul bar CUBAIN de la ville!! Ahah, petit retour en arrière. Une belle soirée. Il n’y a pas photo, TOUT est question de rencontres et de personnes.

Conclusion ( mise à part qu’il va falloir que j’améliore mon espagnol), une relation d’amitié se lie et nous avons déjà passé beaucoup de temps avec lui ces dix derniers jours. Qui a dit que c’était difficile de se faire des amis en dehors d’un environnement étudiant? Je crois qu’avec une attitude ouverte, tout peut arriver. Il n’y a pas de secret, côtoyer les locaux est vraiment très instructif.

NB: une semaine après avoir rencontré Esteban, il ne travaillait plus pour la compagnie. Chance? Hasard? Peu importe, on adore :)!!!

This slideshow requires JavaScript.

Friday 21st of August 2015: after a pretty late arrival the day before, no time to rest. Hannia, the owner of our flat-share prepares us a local breakfast (rice and black beans) at 6:30 am and at 7:00 am, we are on the bus with her. Indeed, the next day, she is going to France for 10 days. Therefore, she wants to be sure that we can make it alright to uni on our own. Indeed, no streets names, no houses numbers and even less buses timetables. Here, to give your address, you use either the shops (Im living 10 meters before the store “super M”), either buildings (Im living 500 meters behind the church San Josecito) or the cardinal points (Im living North of the second bus stop after the school). As a result, our first bus experience goes with feeling lonely and lost big time. Fortunately, the incredible kindness of the people lead the whole area to get involved, calling here and there, asking everyone or even driving us with the car of the mother of my son’s sister. Again, can you imagine such a scene in Europe or North America? To sum up, rough first day. But the warm welcome of the CINPE family makes us forget our tiredness.

Saturday 22nd of August 2015: we are both studying our guide books respectively (language barrier anyway), to the sun of the outdoor terrace, in hope to find what to do and where to go this week-end. Its too late to go somewhere far because, although it is a small country, roads are narrow and winding and therefore whatever bus ride takes time (add connections). So we decide to explore the surroundings, heading to Britt coffe roastery. The tour is really interesting, well made and even surprisingly funny. A really unexpected good time. The guide really takes us all into a proper theatre play. Founded in 1985, Coffee Britt is the first gourmet coffee roaster in Costa Rica. In addition of having obtained the “organic” ad “fair trade” label, Britt is following human and environmental commitments. So feel free to order some and have a test HERE. We have been testing it all (and all the chocolates for M.) and we confirm, it is delicious!!

Sunday 23rd of August 2015: because of the jet lag, M. wakes up at 5am. Hearing him from far away, I decide to support him and we are off for a morning walk, very proud of our early record… Very shortly when we realize that the weekly village market is already all set and, last but not least, when we run into locals, baskets full, on their way BACK!!! Ai, ai, ai, waking up at 5am is part of the culture here… As well as turning in pretty early. At 9pm, the entire neighbourhood sleeps. We take this opportunity to enjoy a morning coffee at the busy market and some grocery shopping at the same time. After the fuss, we decide to visit the big central church. To relax? What an idea! Here, churches are also made to host birds. It is a proper giant aviary. The turquoise parrots are flying across crosses, from Marie to Jesus, squaring (and it resonate) and pooping everywhere. Well, obviously, we will give a second shot somewhere else to seat in a quiet place ;).

In the evening, we go discovering the city centre the capital, San José, with our first friend, Esteban. The story is a pretty nice one: back from uni, we stop at a shop to buy a Costa Rican SIM card. The employee is very nice, does his job and then M. grabs the opportunity to ask him some advices about attractions around. “I can’t talk right now because Im working but send me a message, here is my number, I’ll be happy to help you”. And that’s how we end up with him and a colleague in.. the only Cuban bar in town. Ahah, what a weird coincidence. A beautiful evening. Nothing to further prove, it is all about meeting people.

Conclusion (apart from me in urgent need to improve my Spanish), a friendship started and we already have spent a lot of time hanging out together the last ten days. Who said it is hard to make friends outside of a student environment? I think with an open minded attitude, everything can happen. Thats not a secret, get to know the local is the best way to learn from your travels.

NB: a week after we met Esteban, he was not working anymore for the company… Chance? Coïncidence? Anyway, we love it :).

2 thoughts on “Week-end I: brûlerie Britt

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s