Week-end IX: Puerto-Jimenez

100_6035-1

Que le temps passe vite!! Déjà trois semaines que je n’ai rien publié… Et pourtant tellement de choses à raconter!!!! Ces trois dernières semaines ont été assez intenses, sans arrêt à droite et à gauche, et seulement rarement une connexion internet. Ceci explique cela. Que s’est-il donc passé depuis ce week-end chez les indiens?


Semaine du lundi 02 Novembre 2015 au Jeudi 05 Novembre 2015: dernière semaine à Buenos Aires.

Une semaine à Buenos Aires, archi chargée, avec en moyenne 2 ou 3 entretiens par jour. Il n’y a pas photo, c’est bon pour mon espagnol!!! Une fois de plus, les gens sont tous très accessibles, que ce soit le directeur d’école ou celui de la banque. C’est incroyable. Tellement disponible, que les rendez-vous se chevauchent, nous obligeant à faire bande à part avec Michael. Tous ces entretiens ne font pas partie de notre projet universitaire, mais sont des données que nous récoltons spécialement pour Heilyn. Pour faire court, nous sommes ses petites mains. Nous recevons ses indications depuis le Danemark et les mettons en pratique sur le terrain. Mais le temps passe vite, et il est temps de se concentrer à nouveau sur notre projet universitaire à proprement parlé. Notre but est de faire une comparaison entre le canton de Buenos Aires et celui de Corredores. Il est donc temps de filer à Ciudad Neily, la capitale du canton de Corredores. Et sur notre chemin, nous décidons de nous arrêter à Puerto- Jimenez pour le week-end.


Vendredi 06, Samedi 07 et Dimanche 08 Novembre 2015: Puerto- Jimenez.

On poursuit notre routine d’étudier du lundi au vendredi et de s’évader pendant les week-ends. On choisit une destination (plus ou moins) sur le chemin: Puerto- Jimenez. Et quel choix!!!! C’est mon second vrai coup de cœur du séjour (après le volcan Poas). Puerto-Jimenez est la seule ville de la péninsule d’Osa. Dans cette contrée du bout du monde règne une impression de solitude. Les plages sont volcaniques, le sable noir, la vue sur le golf “dulce” (sucré) est magnifique, et les montagnes vertigineuses sont à portée de mains.

Puis nous, comme nous sommes un peu aliénés par ce format “projet” que l’on doit suivre à l’université, même en week-end, nous montons des projets. Celui de ce week-end: construire une cabane en bois sur cette plage volcanique désertique. Premier jour, on y accède en kayak, on pose les fondations et dresse les murs. Second jour, on varie les plaisirs, on y accède en vélo et…. Y faisons la sieste 😉 .

Le bonus du séjour: notre logement, Cabinas Jimenez, qui, à défaut d’être rempli (saison des pluies = basse saison) présente une population massive de perroquets Aras. La prestance, l’envergure, la couleur et le cri de ces oiseaux me laissent sans voix.. Bref, un week-end hors temps, hors lieu, tout simplement extraordinaire et ressourçant. (Et je dois avouer que cela fait un bien fou, car après autant de temps à Buenos Aires, dans un si petit village, l’ambiance commençait à être pesante…)

Wahou, time flies!! Already three weeks since my last article… And so much to tell!!!! These last three weeks have been pretty intense, going here and there and barely Internet. So what has happened since our weekend among the Indians?

Week from Monday 02nd of November 2015 to Thursday 05th of November 2015: last week in Buenos Aires.

A pretty busy week in Buenos Aires, with an average of 2 or 3 interviews every day. No secret, it’s good for my Spanish!!! Once again, people are all very accessible, no matter if it is the principal of the school or the one of the bank. It’s unbelievable. So available that appointments are overlapping and we have to go two ways with M. All these interviews are not part of our university project: we are collecting specific data for Heilyn. We receive her indications from Denmark and put them into practice on the field. But time flies, and it is time to focus again on our own project. Our goal is to compare the canton of Buenos Aires and the one of Corredores. It is therefore time to go to Ciudad Neily, the capital of Corredores. And on our way, we decide to spend the week-end in Puerto- Jimenez.

Friday 06th, Saturday 07th and Sunday 8th of November 2015: Puerto- Jimenez.

We keep it up with our weekly studying routine to escape during weekends. We pick a spot (more or less) on the way: Puerto- Jimenez. And what a choice!!!! This is my second truly “Must See” spot so far (after the Poas Volcano). Puerto Jimenez is the only town in the Osa Peninsula. This isolated piece of land feels like the end of the world and it reigns a feeling of loneliness. The beaches are volcanic, the sand is black, the view on the “dulce” (sweet) golf is beautiful, and breathtaking mountains are reachable.

Alienated by this “project” format from uni, even during weekends, we implement some projects. The one from Puerto-Jimenez: building a wooden shelter in the middle of this no man’s land. First day, we access our secret spot kayaking. We lay the base of it and build the walls. Second day, some new pleasures, we bicycle there and… Enjoy our homemade roof while napping 😉 .

The bonus of stay: our accommodation, Cabinas Jimenez, which, if not fully booked (rainy season = low season) has a massive population of Aras parrots. The presence, size, color, and cry of those birds leave me speechless.. In short, a weekend out of time, out of place, just amazing and resourceful. (And I must admit that it feels good after spending a while in such a small and quiet town…)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s