Another border

 

Après ces premiers jours chez Barbara et Antoine et ce super week-end à Dana, la semaine reprend pour tout le monde et c’est donc synonyme d’escapade solitaire pour nous. Nous laissons note équipe préférée à ses occupations hebdomadaires (et chacun est bien occupé), et nous partons 4 jours à Jérusalem. C’est vrai, ce n’était pas une destination dans ma liste… Mais depuis que je mentionne mon voyage en Jordanie, les gens rebondissent régulièrement sur Jérusalem. Ainsi, peu après l’arrivée en Jordanie, les aventures frontalières reprennent… Et pas n’importe lesquelles…. Très lourdes d’histoire…

Je n’ai pas les connaissances pour vous faire un résumé de l’histoire de Jérusalem. Pourtant, on le sait tous, elle est très longue, très compliquée mais surtout très conflictuelle. Pour un récap’ en images, je vous recommande vivement ICI, ICI, ICI et ICI.


After these first days at Barbara and Antoine and this great weekend in Dana, the week restarts for everyone and it is synonymous of a duo getaway for us. We leave our favorite team to their weekly occupations (and everyone is quite busy), and we hit the road toward Jerusalem for the next 4 days. It’s true, it was not a destination on my list… But since I mentioned my trip to Jordan, people are regularly linking it to Jerusalem. So, shortly after arriving to Jordan, border adventures keep going… And not any border…. A very well known and historically heavy one…

20171002_171409-1

Lundi 02, mardi 03, mercredi 04 et jeudi 05 Octobre 2017: après avoir trouvé la Jordanie assez ordonnée jusqu’à présent, ici commencent les déboires. On commande un taxi pour se rendre à la frontière Palestinienne (la frontière Israélite n’existe pas vraiment dans la bouche des Ammaniens) à 7h du matin (enfin Antoine s’occupe absolument de tout). La taxi arrive à 7h30… Bon heureusement on n’a pas d’avion à prendre… Une fois à la frontière, un policier nous fait signe de s’arrêter. Notre conducteur devient alors complètement paniqué, un réel coup de stress et il faut demi-tour subitement et roule à toute vitesse dans l’autre sens (euuuuh, il me semble qu’en France, ça s’appelle un délit de fuite…?) Il nous explique que les taxis d’Amman n’ont pas le droit de conduire jusqu’à la frontière et que l’amande est plus cher que le prix de la course que nous lui réglons. Ainsi, il retourne au village le plus près, et paye lui même un taxi local qui nous dépose à la frontière jordanienne (qui est bien plus qu’une frontière mais un réel enjeu politique). La traverser et un vrai rituel :

  • Contrôle à la frontière jordanienne.
  • Navette (payante) pour traverser un long no man’s land protégé par des tireurs d’élite (le passage de la frontière à la pieds est interdit).
  • Contrôle à la frontière Cisjordanienne où l’enjeu est de ne pas se faire tamponner son passeport pour pouvoir accéder aux pays voisins (Liban, Égypte…)

Nous voilà cependant désormais à Jérusalem. Tout comme le Grand Canyon aux États-Unis, Angkor au Cambodge, l’opéra de Sydney en Australie ou Chichén Itzá au Mexique, Jérusalem est plus qu’une ville, c’est une destination à part entière, un emblème, un plongeon dans l’histoire, des édifices sacrés, une expérience sensorielle et spirituelle à nulle autre pareille. Et ce sont des endroits, bien que vu/entendu/lu des centaines de fois, prennent une toute autre dimension, encore pus grandiose, une fois devant les yeux!


Monday the 02nd, Tuesday the 03rd, Wednesday the 04th and Thursday the 05th of October 2017: after finding Jordan quite in order so far, here begin the troubles. We ordered a taxi to get to the Palestinian border (the Israelite border does not really exist in the mouth of the Ammanians) at 7am (the exact truth is that Antoine takes care of everything). The taxi arrives at 7:30… Good for us that was not a cab to the airport… Once at the border, a police officer beckons to us. All of sudden, our driver becomes completely panicked, properly stressed and suddenly turns around and drives at full speed toward the opposite direction (euuuh, it seems to me that in France, it is called a hit-and-run offense..?) He explains to us that cabs from Amman are not allowed to drive all the way to the border and that the fine is more expensive than the price of the ride we pay him. Thus, he returns to the nearest village, and pays himself a local taxi which drop us off (for real this time) at the Jordanian border (which is, more than a border, but a real political stake). To cross it, is a proper ritual:

  • Control at the Jordanian border.
  • Shuttle (costly) to cross a long no man’s land protected by snipers (crossing the border by foot is prohibited).
  • Control at the West Bank border where the challenge is not to have your passport stamped in order to gain access to neighboring countries (Lebanon, Egypt for instance…)

But now we are in Jerusalem . Like the Grand Canyon in the United States, Angkor au Cambodia ,Sydney Opera House in Australie, or Chichén Itzá in Mexico, Jerusalem is more than a city, it is a destination on its own, an emblem, a dive into history, sacred buildings, a sensory and spiritual experience unlike any other. And these are places, although seen/heard/read hundreds of times, take once facing it, an entire other dimension, always more grandiose!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s