Wadi Rum

Jeudi 12 et vendredi 13 Octobre 2017: c’est reparti pour un «family trip». La Barbara Tour est de nouveau sur la scène et nous donnons un départ dès le jeudi midi direction le Wadi Rum. Cet endroit possède toutes les caractéristiques (un peu clichés) d’un désert que l’on a en tête: un soleil violent dès le matin alors que les températures baissent la nuit, des chameaux qui se baladent en liberté et se confondent avec la couleur du sable, des teintes ocres au coucher du soleil lorsque la roche et les dunes se confondent en un dégradé de couleurs. La qualité du Barbara Tour? S’adapter à ses visiteurs. Du coup, pour ces deux nuits dans le désert, nous dormons dans un campement bédouin plutôt roots. Quelle expérience inoubliable. On se sent tout de suite plus proche du mode de vie bédouin ou en tout cas plus apte à le comprendre (et ça n’a pas l’air drôle tous les jours). Je suis étonnée (un peu choquée) d’une présence entièrement masculine. La culture veut que les femmes restent dans le derrière de la scène (= à la maison/tente). En tout cas, les tentes en poils de chèvres nous tiennent chaud, et le «Kebsa» (plat traditionnel bédouin) nous tient bien au corps.

Habitées depuis la préhistoire (grâce à ses puits et sources), les falaises du Wadi Rum sont parsemées d’inscriptions, notamment celles des Nabatéens, qui s’installèrent ici au IVème siècle avant Jésus-Christ. Je crois que c’est la première fois que j’observe des inscriptions rupestres aussi bien conservées. C’est assez consternant et presque dérangeant, comme si je me trouvais chez quelqu’un sans avoir demandé l’autorisation…

Mais le désert doit surtout sa renommée à Lawrence d’Arabie, qui y séjourna en 1917 durant la révolte arabe, une campagne menée contre les Turcs ottomans dans le but de former une nation arabe indépendante.

Une fois de plus, Barbara et Antoine rendent ce week-end en famille (oui, oui, je me sens assez intégrée dans la famille Drevon 😀 ) un vrai moment de bonheur. Ainsi, nous admirons un coucher de soleil sans pareil avec une bonne bière fraîche puis ensuite un ciel étoilé où la voie lactée n’est pas timide avec un verre de vin rouge à la main. La brochette de schtroumphettes, quant à elle, déborde toujours autant d’énergie et ne s’arrête jamais (je me demande quand même parfois comment Barbara et Antoine tiennent le coup…) et Antoine, le 4ème enfant de la famille s’éclate à conduire son Pajero dans le désert.

Inhabited since prehistoric times (thanks to its wells and springs), the cliffs of Wadi Rum are dotted with inscriptions, especially those of the Nabataeans, who settled here in the 4th century BC. I think this is the first time I’ve seen so well preserved rock carvings. It is quite something and almost disturbing, as if I was at someone’s house without having been invited…
But it is Lawrence of Arabia that made this desert so famous. He stayed there in 1917 during the Arab revolt, a campaign against the Ottoman Turks in order to form an independent Arab nation.

Once again, Barbara and Antoine make this 
family weekend (yes, yes, I feel pretty integrated into the Drevon family 😀 ) a real moment of happiness. Thus, we admire an incredible sunset with a delicious cold beer before staring at the stars and the milky-way  with a glass of red wine. Meanwhile, the girls run and climb everywhere, always full of energy and they basically never stop (I do wonder sometimes how Barbara and Antoine handle it 365 days out of 365 😉 ) and Antoine, the 4th child of the family has fun driving his Pajero into the desert.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s